Action à la cantine France Télécom de Villers lès Nancy

lundi 2 avril 2012
 

Nous pouvons objectivement penser que nous avons gagné une bataille…en sachant que la bête n’a sûrement pas dit son dernier mot.
Merci à tous et plus particulièrement à celles et ceux qui ont pu venir…les autres auront sûrement une séance de rattrapage un jour prochain !
Nono
Ci dessous et en pj le communiqué de cette a/m.

CFDT – CFTC – CGT – FO – SU
Sections syndicales de l’UFR Nancy

API contre Intersyndicale
(CFDT-CFTC-CGT-FO-SUD)

140 à 13

C’est le score du premier round qui oppose le personnel de l’Unité de Facturation et de Recouvrement (UFR) France Telecom de Villers lès Nancy au prestataire de restauration collective de la société API. En effet, ce jeudi 29 mars 2012, l’intersyndicale a appelé au boycott de la cantine.

Réunis autour du barbecue, installé à proximité du restaurant, 140 convives ont apporté leur soutien à leur caissière-serveuse menacée de licenciement pour avoir annoncé à son employeur qu’elle était atteinte d’une sclérose en plaques.

Ce honteux comportement faisait suite à une succession de licenciements secs ou négociés de l’ancien cuisinier, du plongeur et d’une serveuse, qui avaient plus de vingt ans ancienneté dans l’établissement.

La situation critique des effectifs est avérée depuis un certain temps puisque la société API recrute quotidiennement des intérimaires. Un quelconque licenciement pour sureffectif ne peut donc être invoqué. Maintes tentatives de pétitions et de rencontre avec la société API et France Telecom se sont soldées par des échecs.

Le succès incontestable de cette première journée d’action est donc un avertissement que la société API et France Telecom aurait eu tort de ne pas prendre en compte. Moins d’une heure après avoir décampé, nous venons en effet d’apprendre que le directeur régional avait pris contact avec Nathalie. Il se serait en premier lieu et pour la première fois inquiéter de sa santé. N’aurait-il pas été parfaitement informé de la situation ? Et quand bien même, est-il juste de déplacer son personnel de plus de 50 kms sans raison sérieuse ? Devant cette mobilisation, serait-il pris de remords ?

Le saurons-nous un jour ? Toujours est-il qu’il désire rencontrer Nathalie à son retour en précisant qu’elle prenne le temps nécessaire de se soigner et, surtout qu’il ne parle plus aujourd’hui de sa mutation !

L’intersyndicale veut croire qu’il s’agit d’un premier pas vers la raison. Elle suspend donc son action en restant vigilante sur la suite qu’API compte donner à cette lamentable affaire.

A Villers, le 29 mars 2012



Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

A la une

La newsletter du site

HTML - 48.3 ko Pour recevoir toutes les 1 ou 2 semaines l’agenda et les derniers articles parus sur le site FSL-Nancy.

AGENDA MILITANT
de Nancy et environs...

<<

2020

>>

<<

Février

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291