Exclu du collège après son exclusion de l’A.S.E.

samedi 3 janvier 2015 (mis à jour le 29-01 à 09h11)
 

logo resf

Après l’exclusion de l’A.S.E., puis du collège, portes closes à l’Inspection académique :
Boua n’a pas pu faire sa rentrée aujourd’hui

Dès 9h.30 , l’Inspection académique était fermée . M. l’inspecteur d’académie a fait savoir à la vingtaine de militants rassemblés qu’il recevrait une délégation de 4 personnes vers 10h.10.
La délégation composée de 2 militants RESF, du président de la section locale de la LDH et d’un militant de la Cimade a été reçue pendant une heure sans obtenir aucun résultat. L’inspection académique s’est dite abusée par RESF qui ne l’a pas informée de la décision de justice déclarant Boua majeur. Le proviseur du lycée voisin qui a accueilli Boua comme interne aurait également été floué puisque il lui aurait été dit que les frais seraient payés par le conseil général –affirmation gratuite et totalement fausse. Le Conseil général , après avoir mis fin à la prise en charge de Boua a, par l’intermédiaire de son service A.S.E. et avec célérité, averti l’inspection académique de la décision de la justice faisant de Boua un majeur né le 1er janvier 1995 (pourquoi cette date ??)
L’appel du 30 janvier n’étant pas suspensif, l’inspection académique ne reviendra pas sur sa décision d’autant plus que d’autres mineurs sont sur des listes d’attente pour intégrer l’établissement.
Aucun argument n’a réussi à le faire plier

A 13h.30, une vingtaine de militants et de nombreux professeurs du collège E. Gallé ou du lycée Varoquaux se sont retrouvés autour de Boua. Une délégation composée de militants RESF et d’enseignants a été reçue par M. le Principal dans le hall du collège qui nous a dit s’en tenir à la position qui nous avait été indiquée le matin même par M. L’Inspecteur d’académie.

Circulez, il n’y a rien à voir !!!

Voilà Boua, orphelin, mineur isolé renvoyé à la rue, sans droit à l’éducation à laquelle il aspirait. En attendant la décision de la Cour d’Appel du 30 janvier, Boua logera dans un foyer

RESF lance un appel pour subvenir aux besoins de Boua : payer la pension et lui fournir de quoi vivre. Envoyez vos dons à : Un Toit pour les Migrants 17 rue Drouin 54000 Nancy en précisant au dos du chèque : Pour Boua

Merci pour lui !

 
L’est Républicain et France 3 Lorraine ont participé aux deux rassemblements.
Vous pouvez voir le reportage de FR3 de 12h00

JPEG - 3 Mo
Boua ER 06012015
Flash Video - 5.8 Mo
JT 19-20 F3Lorraine 05012014
JT 19-20 F3Lorraine 05012014 https://www.dropbox.com/s/g1w490maec9xmjl/jt_1920_lorraine_115123152_7594.flv?dl=1



logo resf Suite à l’exclusion du collège de Boua TRAORE par Monsieur l’Inspecteur d’académie, 2 rendez-vous sont prévus :

  • Lundi 5 janvier à 10h. à l’inspection académique (4 rue d’Auxonne), pour connaître la réponse de Monsieur l’Inspecteur d’académie à la lettre qui lui a été adressée
  • Lundi 5 janvier à 13h.30 au collège E.Gallé à Essey, pour accompagner Boua au collège et à l’internat

 
Utilisez votre carnet d’adresses, faites circuler l’information !
et venez nombreux !!!

Boua a besoin de soutien !

RESF 54


Exclu du collège après son exclusion de l’A.S.E.

Boua Traore est arrivé à Nancy en juillet dernier et, en tant que mineur isolé (puisqu’il est né le 25 décembre 1999), a été confié à l’aide sociale à l’enfance (A.S.E.).

Ayant des doutes sur sa minorité, les services de l’A.S.E., sans entreprendre aucune démarche pour vérifier l’authenticité de son acte de naissance ni pour le contester auprès du Bureau de la fraude documentaire, lui font subir des tests osseux — dont les instances médicales et éthiques récusent unanimement la validité scientifique et condamnent l’utilisation à d’autres fins que médicales —, en dépit de l’avis de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’homme (CNCDH) du 24 juin 2014 qui préconisait de “mettre fin aux pratiques actuelles d’évaluation de l’âge”. Le 15 octobre, il est convoqué au tribunal pour enfant où Madame la juge le déclare majeur — la justice substituant à la date officielle fournie par les autorités maliennes une date de naissance arbitraire, fixée au 1 er janvier 1995… — et lui notifie qu’il est donc mis fin à sa prise en charge par l’A.S.E. Cette dernière lui fait remettre ses affaires et le met à la rue du jour au lendemain, sans se préoccuper de lui proposer un autre hébergement.

Au sortir du tribunal, Boua va retrouver Mohamed qu’il a rencontré à l’A.S.E. et qui est passé par les mêmes épreuves : Mohamed vient d’être repris en charge par l’A.S.E. après la décision de la Cour d’Appel le reconnaissant mineur et loge à l’hôtel.

Faisant preuve d’une humanité dont l’administration est assez dépourvue, Mohamed propose à Boua de rester avec lui à l’hôtel mais à 22 h 50, une éducatrice de l’A.S.E. accompagnée de son mari oblige Boua à quitter l’hôtel. Boua ira finir sa nuit à la gare de Nancy.

Prévenu par l’avocate de ces deux jeunes gens, RESF trouve un hébergement dans un foyer de Jeunes Travailleurs et entreprend les démarches auprès des services départementaux de l’Education Nationale pour sa scolarisation. L’inspection d’académie affecte Boua dans une section pour étrangers au collège d’Essey-lès-Nancy et le proviseur du lycée voisin accepte de le prendre comme interne.

Boua est heureux d’être scolarisé et s’adapte bien à sa nouvelle vie de collégien.

Hélas ! le 17 décembre, monsieur l’inspecteur d’académie informe RESF que son affectation reposait sur des informations erronées : « la minorité de ce jeune homme n’est pas avérée, sa scolarisation n’a donc pas à être effectuée en collège et l’accueil en internat n’est plus une obligation ». En conséquence, il met fin de facto à sa scolarité sans lui proposer de solution pour qu’il puisse poursuivre ses études.

Boua a fait appel de la décision mettant fin à sa prise en charge par les services de l’Aide à l’Enfance. La Cour d’Appel examinera ce recours le 30 Janvier.

RESF a fait appel de la décision de l’Inspecteur d’académie car en attendant que ce recours soit jugé, Boua Traoré doit toujours être considéré comme mineur (selon son acte de naissance officiel) et le doute sur son âge doit lui profiter.

RESF 54 a invité ses militants à accompagner Boua pour effectuer sa rentrée le 5 janvier comme tous les autres collégiens.



Documents joints

PDF - 345.5 ko
PDF - 345.5 ko
PDF - 61.7 ko
PDF - 61.7 ko

Commentaires

Navigation

Lire aussi...

Articles de la rubrique

A la une

La newsletter du site

HTML - 48.3 ko Pour recevoir toutes les 1 ou 2 semaines l’agenda et les derniers articles parus sur le site FSL-Nancy.

AGENDA MILITANT
de Nancy et environs...

<<

2017

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345