“Rage musulmane” ? Halte à l’amalgame !

lundi 24 septembre 2012
 

Je relaie ici 2 textes qui me semblent interressants.
Laurent

Halte à l’amalgame !

Que des individus, au racisme autoproclamé – manipulateurs et manipulés –, soient parvenus à déclencher, à partir d’une production minable, la foudre de dizaines de milliers de musulmans, un attentat meurtrier, des dizaines de morts et des menaces de représailles contre les chrétiens donne la mesure du degré de confusion et de misère mentale que font peser, un peu partout, des minorités de plus en plus excitées sur des majorités de plus en plus désarmées.

Le plus grave dans cette affaire, c’est la manière dont les esprits prétendus libres se font avoir, s’engouffrent, se proposent des choix qui n’en sont pas, et, chemin faisant, avalisent, selon de vieux critères éculés, leurs pulsions de haine envers les musulmans ou encore celles des islamistes envers les "infidèles", ce qui pour finir revient au même.

Il suffit de constater le remplacement, désormais naturel, entériné par un nombre impressionnant de médias, du singulier par le pluriel. L’abolition de la différence, de la nuance, du b.a.-ba de la pensée. Cela donne ceci : Deux Américains = les Américains. Trois coptes = les coptes. Des musulmans = les musulmans. Des juifs = les juifs, etc.

Le chiffre n’indique plus rien. L’essence absorbe tout. L’individu est balayé par la foule. Pire : un individu peut désormais suffire à mettre en danger une foule d’individus. Si Al-Qaida n’avait eu qu’un souhait à émettre, c’eût été celui-là.

Depuis quand et au nom de quoi l’action d’une personne est-elle représentative d’une politique, d’un peuple, d’un pays ? Pourquoi cette question, d’une évidence accablante, n’a-t-elle pas été posée par les chefs d’Etat et de gouvernement ? Pourquoi se laisse-t-on dicter le contenu d’un débat – toutes opinions confondues – par ceux dont le projet est de le rendre impossible ?

Qu’une majorité se laisse intimider par une minorité, et c’est déjà le début de la folie : à défaut de protection ou de résistance, chacun va rejoindre sa tribu. La pensée se purifie, se vide, se prête à la guerre. A qui la faute ? A tout le monde. Car qui nous fera croire que ce consensus de la séparation – le découpage de l’humanité en tranches nationales et communautaires – n’arrange qu’un seul camp ?

Si tel était le cas, pourquoi aurait-on si allègrement recours au vocabulaire qui tue la différence et justifie, d’avance, de futures équipées militaires ? Vivement le jour où un citoyen – quel qu’il soit – pourra porter plainte contre un magazine, un journal ou une télévision qui aura titré "L’islam en colère" ou "Les musulmans dans la rue".

Alors, le combat contre la bêtise aura marqué un point. Alors, peut-être, des individus – à l’identité musulmane revendiquée – se mobiliseront en nombre pour s’élever contre la prise en otage de leurs destins par des fascistes. Car ils sont légion à être aussi écœurés par les docteurs de la loi que par le mépris, voire la haine, dont ils sont l’objet. Il n’empêche, aussi, disons-le, qu’ils ne sont pas assez nombreux à donner de la voix.

Il reste un pont à construire de toute urgence entre islam et dissidence. Entre-temps, la montre tourne en faveur des foutraques. Les gens meurent en Syrie, d’autres pays dans la région sont en danger de guerre et Charlie Hebdo, enfant gâté de la démocratie, en panne mortelle d’humour et de créativité, ne trouve rien de mieux pour se faire exister que de nous les faire oublier.

En somme, les deux pathologies qui se disputent la scène politique sont les plus dures à soigner : la perversion et la paranoïa. L’une n’excluant pas l’autre ; la première ayant, grosso modo, de meilleures racines chez les puissants, en Occident, la seconde, en Orient, chez les tyrans issus de la défaite.

Les deux nous dépossédant à toute allure de ce que nous appelons encore naïvement la liberté.

 

Dominique Eddé, écrivaine libanaise, auteure de "Kamal Jann" (Albin Michel, 22,30 €)
http://www.lemonde.fr/idees/article…


Qui a peur de la “rage musulmane” ?

La Une d’un magazine américain (ci-dessous) illustre parfaitement le message ressassé par les médias ces 15 derniers jours : le monde musulman s’embraserait d’une colère anti-occidentaux en réaction à un film islamophobe, et des hordes de protestataires violents nous menaceraient tous… Mais est-ce seulement vrai ? Les citoyens et les réseaux sociaux réagissent, et le site en anglais Gawker vient de publier une satire mordante de ce battage médiatique accompagnée d’images parodiant la “rage musulmane” :

Check out these violent, angry Egyptians :


Two furious Iraqis :


Iranian Muslims #snowrage :


A group of Egyptians gather in Cairo
to vent their rage :




Sept infos sur la “rage musulmane” que vous ignoriez peut-être :

Comme tout le monde, la majorité des musulmans trouvent les 13 minutes de la vidéo islamophobe "L’Innocence des musulmans" ordurières et insultantes. Les protestations, qui se sont multipliées rapidement, sont notamment attisées par le néo-colonialisme des États-Unis et la politique étrangère occidentale au Moyen-Orient. De même, la sensibilité des croyants a aussi été piquée au vif par les représentations du Prophète Mahomet. Pourtant, la couverture médiatique a souvent éludé des informations importantes :

  1. On estime que 0,001% à 0,007% des 1,5 milliard de musulmans dans le monde ont participé aux protestations contre le film -– soit une infime proportion des citoyens pro-démocratie qui ont défilé lors du Printemps arabe.
  2. La grande majorité des manifestants étaient pacifiques. Les attaques visant les ambassades étrangères ont quasiment toutes été orchestrées ou appuyées par certains membres du mouvement salafiste, un groupe islamiste radical qui vise avant tout à salir la réputation de groupes islamistes modérés plus populaires.
  3. Les hauts représentants des États-Unis et de la Libye sont divisés sur la question de savoir si l’on avait projeté d’assassiner l’ambassadeur américain en Libye le jour du 11 septembre, auquel cas sa mort serait sans lien avec le film.
  4. Hormis des attaques de groupes radicaux en Libye et en Afghanistan, un rapport établi le 20 septembre chiffrait à zéro le nombre de victimes tuées par les manifestants.
  5. Quasiment tous les hauts dirigeants musulmans et occidentaux ont condamné le film, et quasiment tous les responsables musulmans et occidentaux ont condamné les violences perpétrées en réaction au film.
  6. La visite du Pape au Liban a coïncidé avec le pic des tensions. Cependant, les dirigeants du parti Hezbollah ont tenu à assister à son sermon, n’ont pas protesté contre la vidéo jusqu’à son départ et ont appelé à la tolérance religieuse. Oui, c’est bien ce qui s’est passé.
  7. Après l’attaque de l’ambassade américaine à Benghazi, des citoyens lambda se sont rendus dans les rues de Benghazi et Tripoli, avec des pancartes, souvent en anglais, pour s’excuser et dire que cette violence ne représente ni leur identité ni leur religion.

Ajoutez à cela tous les reportages et articles importants qui ont été écartés la semaine dernière pour laisser place à la Une sur les musulmans “énervés”, et ainsi surfer sur la vague démagogue du "choc des civilisations". En Russie, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Moscou en opposition au président Vladimir Poutine. Des centaines de milliers de Portugais et d’Espagnols se sont indignés lors de rassemblements anti-austérité ; et plus d’un million de Catalans ont manifesté en faveur de l’indépendance.

Pas une "rage musulmane", mais une stratégie salafiste

Voici Sheikh Abdallah, le présentateur de la TV salafiste qui a lancé le film. Photo : Ted Nieter
"L’Innocence des musulmans" a été repris et promu avec des sous-titres par des salafistes extrémistes — les adeptes radicaux d’un mouvement islamique soutenu depuis longtemps par l’Arabie Saoudite. Ce film était mal fagoté et faisait un bide sur YouTube, jusqu’à ce que le présentateur égyptien d’une chaîne salafiste, Sheikh Khaled Abdullah (à droite), n’en fasse la promotion auprès des téléspectateurs le 8 septembre. La plupart des musulmans insultés ont ignoré le film ou protesté pacifiquement, contrairement aux salafistes qui, reconnaissables à leur fameux drapeau noir, ont été à l’instigation des manifestations les plus agressives où les ambassades ont attaquées. Les chefs du parti salafiste égyptien ont participé aux protestations et à l’intrusion dans l’ambassade américaine au Caire.

À l’instar des partis d’extrême droite en Europe et outre-Atlantique, la stratégie du parti salafiste consiste à séduire l’opinion publique en surfant sur des occasions de faire monter la colère des radicaux et en diabolisant leurs opposants idéologiques. Cette approche n’est pas sans rappeler celle du pasteur américain islamophobe Terry Jones (celui-là même qui a assuré la promotion du film en Occident) et d’autres extrémistes occidentaux. Quoiqu’il en soit, les modérés sont bien plus nombreux (et de loin !) que les extrémistes dans les sociétés musulmane et occidentale. Un des dirigeants des Frères Musulmans en Égypte (bien plus puissants et populaires que leurs opposants salafistes égyptiens) a écrit au New York Times : "Nous n’avons pas tenu le gouvernement ou le peuple américain pour responsables des actes de cas isolés qui ont enfreint les lois protégeant la liberté d’expression".

Ce qu’ont indiqué les médias sérieux

Plusieurs journalistes et chercheurs ont analysé les manifestations pour chercher à mieux en comprendre les raisons. Parmi eux figurent Hisham Matar qui a décrit l’atmosphère de tristesse à Benghazi après l’attentat contre l’ambassadeur, Barnaby Phillips qui explore comment les conservateurs islamistes ont manipulé le film à leur avantage, ou encore Cédric Baylocq, chercheur et journaliste indépendant, qui s’attache à démonter les généralisations et stéréotypes qui sévissent en Occident et dans le soi-disant "monde musulman" . Quant à Odon Vallet, spécialiste français des religions, il explore les raisons pour lesquelles de nombreux musulmans sont si sensibles aux caricatures de l’Islam.

 

par l’équipe d’Avaaz - publié le 20 septembre 2012 à 01:18 - http://www.avaaz.org/fr/7_things_yo…


Commentaires

Navigation

Lire aussi...

Articles de la rubrique

A la une

La newsletter du site

HTML - 48.3 ko Pour recevoir toutes les 1 ou 2 semaines l’agenda et les derniers articles parus sur le site FSL-Nancy.

AGENDA MILITANT
de Nancy et environs...

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123