Warning: date() [function.date]: It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /var/www/alternc/f/fslnancy/www/fsl-nancy.fr/public_html/ecrire/inc/log.php on line 47
26 mars 2013: vernissage "Les Gens qui comptent pas", grande expo du NJJ du 25 au 29 mars - Agenda - [FSL - Nancy]

vernissage "Les Gens qui comptent pas", grande expo du NJJ du 25 au 29 mars

Publié vendredi 15 mars 2013 sur le site FSL - Nancy : http://fsl-nancy.fr/http://fsl-nancy.fr/spip.php?page=evenement&id_article=3835
Date de l'événement:
mardi 26 mars 2013  -  19h00
 

"Les Gens qui comptent pas", une expo présentée par le NJJ

Du 25 au 29 mars, la Maison de l’étudiant accueille "Les Gens qui comptent pas", une exposition de portraits dessinés ou photographiés présentée par le NJJ (ci-dessous : la bande-annonce de l’expo). Deux temps forts rythmeront cette expo : un vernissage le mardi 26 mars (19 h) et une soirée lecture le jeudi 28 mars (19 h). Pour tout savoir sur cet évènement, cliquer ici.

 

Chaque jeudi, il y avait « Les Gens qui vont compter », rubrique phare du journal La Semaine dans laquelle l’élite locale, « aérostier passionné  » et président du club Affaire Stanislas, « chef d’entreprise rafraîchissant » et autres sarkozystes « à fleur de peau », comme Nadine Morano, avait droit à ses torrents d’éloges. Cet hebdomadaire reflète un problème qui s’étend bien au-delà de ses colonnes : l’éloignement des journalistes de la réalité sociale.

Le mardi 26 mars, à 19 h, certains Valeureux de l'ordinaire viendront parler de leur quotidien.

C’est tout un symbole, donc, de faire une exposition en Maison De l’Etudiant avec, au cœur de notre affiche, Martine, 43 ans, femme de ménage pour l’Université, elle qui termine sa journée à l’heure où enseignants et étudiants la commencent, reléguée aux aurores.

D’autres l’ont fait avant nous, et on espère qu’ils seront bien plus nombreux à le faire après. Nous ne cherchons pas à innover, encore moins à présenter quelque chose d’extraordinaire, mais juste à mettre en valeur tous les Valeureux du quotidien, toutes les Martine qui embellissent l’ordinaire, de leur balai, de leurs mains d’or ou simplement de leur présence.

Sans prétention ni révélation, notre travail a été de sortir de l’ombre, en une cinquantaine de photos et dessins, ceux qui représentent la majorité, petit personnel, vagabonds des rues, artisans méconnus, ceux qui ne comptent pas, ironiquement bien sûr, car en réalité, cette réalité qui ne vend pas assez, ce sont ces gens-là qui nous donnent envie de faire ce journal, de renverser l’ordre illogique, de porter leurs espoirs, nos espoirs, c’est Martine et toutes nos rencontres sur le terrain, c’est nos membres, engagés ou juste en quête de chaleur humaine, c’est nos camarades, nos parents aussi, c’est tout ce beau monde, cette rage tranquille, ces espoirs isolés, qui balayent les doutes de notre aventure précaire, pour que nous parvenions, enfin, au Nouveau Jour J.

"Les Gens qui comptent pas", du 25 au 29 mars (de 8 h 30 à minuit) en Maison de l’étudiant, située à la fac de Lettres de Nancy.

Le mardi 26 mars, à 19 heures, aura lieu un vernissage, dans le hall de la MdE, accompagné d’un apéritif dinatoire et d’un débat avec les photographes, dessinateurs et quelques-uns des « Gens qui comptent pas ».

Le jeudi 28 mars, à 19 heures, une soirée-lecture sera organisée en Grande salle de réunion. Intitulée « Contes du Quartier Nord et autres histoires de béton », elle est l’occasion pour tous les amoureux de lecture de partager, à haute voix, un texte complètement en rapport avec le thème de l’exposition : Quartier Nord, une enquête sur les circonstances de la mort d’un jeune homme d’origine congolaise sur un chantier d’insertion. L’affaire aurait très certainement été enterrée depuis longtemps si le journaliste François Ruffin (Fakir, Là-bas si j’y suis, Les Petits soldats du journalisme) ne s’était pas plongé pendant deux ans dans cette banlieue d’Amiens avant de nous y transporter littéralement dans son bouquin. Chacun est invité à ramener un ou plusieurs texte(s) en lien avec le thème - histoires de béton - pour compléter la lecture principale.



Commentaires

Navigation

dans la journée...

A la une

La newsletter du site

HTML - 48.3 ko Pour recevoir toutes les 1 ou 2 semaines l’agenda et les derniers articles parus sur le site FSL-Nancy.

AGENDA MILITANT
de Nancy et environs...

<<

2019

>>

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112